Working for birds in Africa

Notes on breeding activity, nesting habitat and sex ratio in the Liben Lark

pp 45-53

Notes sur la reproduction, l’habitat de nidification et le rapport des sexes de l’Alouette d’Archer Heteromirafra archeri.

L’Alouette d’Archer Heteromirafra archeri est une des espèces les plus menacées d’Afrique et son écologie est très peu connue. Dans la plaine de Liben, au sud de l’Éthiopie, les chants au vol sont produits par séries à une vitesse de 0.70–0.75 par minute, dans un cas dans un petit territoire de 150 m de diamètre. Les postures agressives et parades nuptiales des mâles se ressemblent, comprenant des attitudes typiques de beaucoup d’alouettes, avec la huppe dressée, la tête élevée mais le bec horizontal ou pointant vers le bas, les ailes tremblantes et l’aile la plus proche de l’autre oiseau à moitié ouverte, et avec des petites révérences rapides. Un seul nid a été décrit auparavant de la plaine de Liben ; quatre autres ont été trouvés, respectivement, le 6 juin avec deux oisillons, le 17 juin avec trois oisillons, le 8 novembre avec deux œufs et le 22 novembre avec trois oisillons. Trois nids étaient plus ou moins cachés à l’intérieur de végétaux tandis que le quatrième était placé dans un creux à découvert. Aucun n’avait un dôme habituellement associé avec les genres Heteromirafra et Mirafra, ce qui semble indiquer que les conditions locales étaient suboptimales en raison du surpâturage. Sur un site, des mâles chantaient au-dessus de cultures justes sorties de terre, mais on ignore si cet habitat avait été sélectionné ou si les mâles étaient incapables de quitter la prairie récemment labourée. On recontre rarement les femelles lors des inventaires ; le rapport des sexes est probablement fortement biaisé en faveur des mâles, en partie sans doute à cause de la prédation des femelles au nid, comme on l’a constaté une fois. Il est urgent de réaliser des études complémentaires sur cette espèce en danger critique d’extinction.

Summary.

Liben Lark Heteromirafra archeri is one of Africa’s most threatened species, yet little is known about its ecology. On the Liben Plain in southern Ethiopia, song-flights were delivered in bouts at a rate of 0.70–0.75 per minute, in one case within an area with a diameter of 150 m. Antagonistic and courtship displays by males appear similar, involving behaviour typical of many larks, with crest raised, head high but bill horizontal or down-pointed, wings shivering and the one nearer the other bird half-opened, with rapid bobbing of the body. One nest has previously been described from the Liben Plain; of four others described here—found on 6 June with two nestlings, 17 June with three nestlings, 8 November with two eggs and 22 November with three nestlings—three were constructed within screening vegetation to varying degrees and one was in a hollow in open grassland, but none had the dome more usually associated with Heteromirafra and Mirafra, suggesting that local conditions were suboptimal as a result of overgrazing. At one site males were found singing over newly emerged crops, but whether this habitat was being selected or whether the males were incapable of moving from recently ploughed-up grassland is not known. Surveys very rarely encountered females, and there is a strong possibility that the sex ratio is heavily male-skewed, in part probably as a result of predation of females on nests, as directly witnessed in one case. New fieldwork is urgently needed on this Critically Endangered species.

Copyright © African Bird Club. All rights reserved.
UK registered charity 1053920

Southmedia

Web site designed and built by